Accueil Economie Lynchage médiatique contre le DGBFIP : entre mensonges et vérité

Lynchage médiatique contre le DGBFIP : entre mensonges et vérité

par Dimitri LOUBA
135 vues

La presse locale gabonaise préfèrent-elle le mensonge ou la vérité ? Pour certains médias, on peut légitimement se poser la question. En effet, le sensationnel est souvent bien plus accrocheur même s’il n’est pas vrai. Il fait plus facilement la Une et redonne de l’appétit aux consommateurs d’information « que nous devenons de plus en plus. » Il bouche les trous d’air de l’agenda médiatique. Il masque parfois les informations que l’on souhaite cacher. Ne dit-on pas que « la mauvaise monnaie chasse la bonne » !

Nôtre confrère Gabon Média Time, dont on reconnaît une certaine crédibilité dans le traitement de l’information. Qui aurait pu croire qu’un site d’informations stable comme Gabon Média Time pouvait être aux ordres et faire preuve, d’un des relais de propagation du mensonge et de lavage de cerveau ?

Sur toutes les facettes, l’acharnement médiatique déclenché contre l’actuel Directeur Général du Budget et Comptes Public ( DGBFIP ), mérite un redressement professionnel à certains confrères dans le traitement ou le recoupement de l’information.

L’auteur de cet article hostile a probablement oublié que le lectorat et les observateurs dans son pays avant le reste des pays de toute la région savent pertinemment que la machine du mensonge et de la diffamation médiatique a un seul titre fidèle : à savoir les réseaux sociaux et certains médias locaux qui ne prennent pas la peine de vérifier l’information avant publication.

À l’heure du combat contre les fake news quel rapport les médias gabonais entretiennent-ils avec la vérité?

D’ailleurs, la vérité objective, unique, sans faille, existe-t-elle véritablement ? Telle est la question qui est souvent rétorque dans le paysage médiatique gabonais. Pourtant, sur le plan médiatique, on sait quels peuvent être les dégâts de rumeurs infondées qui se drapent du déguisement de l’information, on peut mesurer sans peine les conséquences désastreuses d’une actualité qui ne corresponde pas à la réalité des faits.

En ce qui concerne les missions du Directeur Général du Budget et des Comptes Publics, il est clairement ordonné dans le décret 0056 du texte fondateur de la DGBFIP, en son article 21 que :

Le Service Exécution des Dépenses d’investissement est notamment chargé :

de la Centralisation des ordonnancements des dépenses imputées au budget d’investissement, d’en contrôler la régularité, d’en autoriser éventuellement la saisie et ordonner leur transmission au services compétents ;

de la centralisation et di contrôle des liquidations de dépenses et d’ordonner leur transmission aux services paiements;

de la validation des annulations des engagements ;

de l’exécution des modifications budgétaire acceptées par les autorités compétentes ;

du suivi, pour le compte de la DGBFIP, de l’exécution du budget investissement.

Certainement, il faut croire qu’il y a des personnes tapis dans l’ombre qui se servent de certains médias pour diffamer des paisibles citoyens. Certains journalistes l’ont déjà exprimé que ce soit de leur gré ou pas. Il est temps de se ressaisir pour ces professionnels des médias pour que la raison l’emporte sur les émotions, les agendas cachés, la mauvaise volonté et les manipulations voilées sans raison valable.

Articles Similaires

Laissez un commentaire

Créée le 03 mars 2003 dans un paysage médiatique composé d’une population à 90% d’obédience chrétienne, la RTN est le premier média gabonais qui a su concilier par ses programmes, l’inspiration religieuse, l’aspiration politique, le réalisme économique et l’éthique sociétale.

Copyright @2022 tous droits réservés rtn 2022 – Designed and Developed par tdsgabon