Accueil International Conflit Russie-Ukraine : l’Afrique négocie un cessez-le-feu

Conflit Russie-Ukraine : l’Afrique négocie un cessez-le-feu

par admin
178 vues

Après avoir échangé avec le président ukrainien, les sept médiateurs africains vont devoir se diriger vers la Russie pour essayer de convaincre le président Vladimir Poutine en vue d’une négociation d’un arrêt officiel des combats entre la Russie et l’Ukraine qui sont en guerre depuis déjà plus d’un an.

« Nous sommes venus surtout écouter et nous avons entendu le président Zelensky. Et demain, nous irons à Saint-Pétersbourg rencontrer le président Poutine, l’écouter également et discuter avec lui », a déclaré le président sénégalais. Il n’y a pas de plan de paix caché.

La délégation africaine avait quand même un message, délivré par le président sud-africain, Cyril Ramaphosa. « Il doit y avoir une désescalade des deux côtés » pour régler les problèmes.

« Aujourd’hui, on a eu une vraie et solide discussion, a assuré le président sud-africain. Si vous aviez pu jeter une oreille dans la pièce, vous auriez entendu tous les enjeux sur lesquels on a échangé, et à quel point on est allé dans le détail et en profondeur. On a parlé de beaucoup de sujets, honnêtement. Et on espère avoir la même conversation avec le président Poutine. On remercie le président Zelensky pour son ouverture d’esprit qui nous permettrait de poursuivre cette initiative. Nous, leaders africains, nous sommes prêts à le faire. » 

Au-delà des mots, Cyril Ramaphosa aura tout fait pour garder ses distances avec le président ukrainien. Il a par exemple refusé de condamner les exactions russes commises dans la ville de Boutcha, où il s’est pourtant rendu le matin même. « On a vu ce qu’il s’est passé là-bas, a-t-il déclaré. On m’a dit qu’il y avait une enquête en cours. Je pense que cette procédure doit se poursuivre. »

La presse ukrainienne l’attendait de pied ferme avec une autre question : le président russe est-il invité au sommet des Brics de Johannesburg en août alors qu’il est visé par un mandat d’arrêt de la CPI ?Cyril Ramaphosa esquive : « Ce sujet est toujours en discussion. Mais à la fin, c’est moi et moi seul qui annoncerait de quelle manière ce sommet des Brics se tiendra. »

La délégation sud-africaine avait lancé une polémique au beau milieu de la visite. Le porte-parole du président a mis en doute les explosions de missiles russes au-dessus de Kiev.

Cyril Ramaphosa a finalement admis ces tirs lors de la conférence de presse. Seule concession d’un président sud-africain, déterminé à soutenir coûte que coûte.

Articles Similaires

Laissez un commentaire

Créée le 03 mars 2003 dans un paysage médiatique composé d’une population à 90% d’obédience chrétienne, la RTN est le premier média gabonais qui a su concilier par ses programmes, l’inspiration religieuse, l’aspiration politique, le réalisme économique et l’éthique sociétale.

Copyright @2022 tous droits réservés rtn 2022 – Designed and Developed par tdsgabon